Liberté de la presse : ‘climat délétère’ dans les démocraties

39

Citant Staline, Donald Trump n’a pas hésité à qualifier les médias d’« ennemis du peuple », quelques mois après son élection. Pour Reporters sans frontières (RSF), l’hostilité revendiquée du président américain rappelle que les menaces envers les journalistes ne sont plus « l’apanage des seuls pays autoritaires ».

A l’occasion de la publication, mercredi 25 avril, de l’édition 2018 de son classement de la liberté de la presse, l’ONG relève que « de plus en plus de chefs d’Etats démocratiquement élus voient la presse, non plus comme un fondement de la démocratie, mais comme un adversaire ». RSF dénonce également « un climat délétère qui touche même les pays en haut du classement ». La Norvège et la Corée du Nord conservent, respectivement, la première et la dernière place du classement.

Si les Etats-Unis reculent de deux places, à la 45e position, derrière la Roumanie ou le Burkina Faso, l’Europe n’est pas à l’abri des menaces proférées par les dirigeants politiques envers les médias, notamment depuis l’émergence de partis populistes usant de la rhétorique anti-médias. « Les dirigeants politiques qui alimentent la détestation du journalisme portent une lourde responsabilité », estime Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF.

L’organisation cible les dirigeants de pays de l’Europe centrale à l’image de la Serbie, qui perd dix places (76e position), ou de la Hongrie (73e position), où le premier ministre Victor Orban accuse les médias indépendants de discréditer son pays « auprès de l’opinion internationale ».

« Jouer avec un feu politique extrêmement dangereux »

La France gagne certes six places (33e position), mais, selon l’ONG, il s’agit d’« une remontée partiellement “mécanique” après la chute exceptionnelle de certains de ses voisins européens ».

A propos de l’Hexagone, RSF évoque les attaques régulières du président du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, à droite, et celles du chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à gauche, alimentant un climat délétère ayant atteint « son paroxysme pendant la campagne électorale de 2017 ». « Contester aujourd’hui la légitimité du journalisme, c’est jouer avec un feu politique extrêmement dangereux », prévient M. Deloire.

l’ONG s’inquiète également des récents assassinats de deux journalistes d’investigation survenus en Slovaquie et à Malte, où Daphne Caruana Galizia a été tuée pour avoir enquêté sur la corruption politique dans l’île. Un meurtre qui aurait également « levé le voile sur le harcèlement judiciaire » que peuvent subir les reporters, car, avant son meurtre, elle avait été visée par quarante-deux procès en diffamation au civil et cinq au pénal.

CamerounWeb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here