Jean Alain Boumsong : "je ne suis pas resté à l’écart du pays et je connais très bien le fonctionnement du football camerounais".

94

Le français d’origine camerounaise a accordé une interview à nos confrères de Journal du Cameroun. Dans cette interview, il passe en revue le travail que doit effectuer la Commission chargée de la réforme de la Direction technique nationale et de la modernisation de la gestion des équipes nationales dont il est président. Il répond par la même occasion à ceux-là qui pense qu’il n’est pas à sa place, parce qu’il ne maitriserait pas le football local à l’instar de Jean-Paul Akono qui a estimé que sa nomination est une incongruité, comme l’avait rapporté LeBledparle.com.

Quelle sera la mission de la Commission que vous présidez?

Nous devons faire un état des lieux de la Direction technique nationale (DTN) ainsi que de la gestion des équipes nationales, et ensuite proposer un certain nombre de suggestions pour l’amélioration de ces structures. La DTN essaie de faire un certain nombre de choses, mais rencontre des difficultés. On va essayer de réfléchir pour apporter des solutions pratiques, efficientes, pour contribuer au développement du football camerounais. Et puis, il y a les sélections nationales de ce grand pays de football qu’est le Cameroun, actuel champion d’Afrique. Pour pérenniser les résultats obtenus par le passé, il faut mettre en place des mécanismes qui assainiront le développement des compétences.

En tant que joueur, vous avez évolué hors du continent africain, notamment en France, en Italie et en Ecosse. Maîtrisez-vous les difficultés du football camerounais?

Je suis né ici, j’ai grandi ici. Il faut rappeler que depuis une dizaine d’années, j’ai une équipe ici, le Boum FC. Je suis de très près le football camerounais en général et le football des jeunes en particulier. Je ne suis pas resté à l’écart du pays et je connais très bien le fonctionnement du football camerounais. Il y a beaucoup de personnes qui auraient pu avoir la légitimité de faire partie de cette commission mais, si le président du Comité de normalisation a fait appel à moi, et si j’ai aussi accepté cette mission, c’est parce que tout le monde peut apporter une critique positive sur une chose qui est faite. Mais je pense que je n’aurais pas eu mon mot à dire si j’avais refusé d’intégrer cette commission pour essayer d’apporter des solutions. On va proposer des choses à l’issue de cette commission. Est-ce qu’elles vont être appliquées? Nous l’espérons ! Mais on sait qu’en ce moment, le football camerounais est dans une période de transition. Donc, les propositions que nous ferons pourront être appliquées, ou alors améliorées. On n’est pas comme un tribunal qui vient juger ce qui a été fait auparavant. Une réforme n’est pas là tout simplement pour dire que ça ne va pas. Elle peut aussi être là pour améliorer. Nous allons plus être dans un état d’esprit qui est celui de proposer des améliorations mais aussi des solutions pratiques.

Une idée sur vos propositions…

Il faut rester le plus honnête possible et dire que le football camerounais manque de moyens. Par exemple, il y a le football jeune qui n’a pas de championnat de jeune. Avec cela, on ne peut pas avoir une équipe nationale senior de qualité. Les seniors ne le sont pas devenus tout d’un coup, ils ont commencé jeunes. Pour avoir un football senior de qualité, il faut d’abord avoir un football de base. Cela demande une réflexion pour l’amélioration de ce football de base jusqu’au sommet. Le Cameroun a été plusieurs fois champion d’Afrique, ça veut dire qu’il y a des bonnes choses qui ont été faites. Il n’est pas encore champion du monde, et je crois qu’il le sera un jour, mais cela passera par une réflexion permanente.

Beaucoup pensent que vous ne méritez pas d’être à la tête de cette Commission du fait que quand vous étiez joueur, vous avez refusé de jouer avec les Lions indomptables au profit des Bleus. Que dites-vous à ce propos?

J’ai joué en Europe, en équipe de France. Mais si les gens réfléchissent bien, à un moment Boumsoung est camerounais. Mes parents sont camerounais. Je suis né à Douala, j’y ai grandi donc, je connais bien le Cameroun. Je reviens assez souvent depuis des années au Cameroun. Je fais un certain nombre de choses pour mon pays. Je pense qu’aucun Camerounais ne pourrait dire qu’il est plus camerounais que moi parce que je demanderais qu’est-ce qu’il a fait de différent?  Je suis camerounais. Je ne vais pas faire état de mes actions caritatives. Et je pense qu’il ne faut pas rentrer dans cette polémique. Je pense que tous les Camerounais étaient fiers quand l’équipe de France a gagné cette Coupe du Monde parce qu’il y a deux joueurs qui ont des noms camerounais, Mbappe et Umtiti. Les Camerounais ont cette fierté d’avoir des joueurs qui sont d’origine camerounaise qui sont champions du monde. Ces joueurs-là sont à la fois français et camerounais, il n’y a pas à choisir.

Propos recueillis par Etienne Fréjus Tchana de Journal du Cameroun

LeBledParle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here