Actualités

Insécurité en RDC : l’arme secrète de Tshisekedi

S’il est conscient des difficultés de toutes sortes rencontrées par ses soldats dans la lutte contre les groupes armés, le président de RDC fait néanmoins preuve de volonté. Atout non-négligeable dans un conflit.

En mission de paix. C’est en ces termes que des observateurs pourraient qualifier le séjour effectué du lundi au vendredi, Félix Tshisekedi à l’est de son pays. « Nous nous apprêtons à lancer la dernière attaque contre les combattants des Forces démocratiques alliées (ADF)  », a annoncé jeudi le président de RDC à lors de meeting à Beni dans le Nord-Kivu.

Annonce quasiment similaire à ce que l’on pourrait appeler à l’avenir la déclaration de Bukavu. « Croyez-moi, je suis prêt à mourir pour qu’elle (la paix, NDLR) soit une réalité », avait déclaré lundi le président de RDC à Bukavu, chef-lieu de la province voisine du Sud-Kivu.

Applaudi avec frénésie partout où il est passé lors de son séjour à l’est de la RDC, Félix Tshisekedi est tout de même loin d’oublier que la partie orientale est devenue tout au long de ces vingt dernières années, le talon d’Achille de son vaste et puissant pays. En raison des violences perpétrées par quelque 130 groupes armés.

Et le chef de l‘État congolais sait qu’il est attendu au tournant. Mieux, son peuple a plus besoin du concret que des annonces ou de simples formules choc destinées à remonter le moral des troupes.

Depuis son investiture en janvier dernier, le cinquième président de RDC est visiblement sur les dents quant à la paix à l’est du pays. Discussions avec les pays voisins, activités de sensibilisation à la reddition, neutralisation de chefs rebelles, …. Des initiatives symptomatiques de la volonté politique, un élément pas trop mis à profit dans la résolution de la crise de l’est.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page