Incendie de l’Hôpital de District de Kumba : Le gouvernement accuse les sécessionnistes (Communiqué)

49

Le gouvernement Camerounais, par la voix de son Porte-parole René Emmanuel Sadi, a publié ce mardi 12 un communiqué, suite à l’incendie la nuit du 10 au 11 février dernier, de l’Hôpital de District de Kumba dans le Sud-ouest –l’une des deux régions du pays en proie à la crise séparatiste – et attribue le « crime » à une vingtaine de rebelles sécessionnistes.

Selon le ministre de la Communication, cet « incendie d’une très grande ampleur », est à mettre à l’actif d’« une horde de rebelles sécessionnistes, évalués à près d’une vingtaine d’individus »

Le ministre explique que ceux-ci « ont escaladé le portail de l’Hôpital aux environs de zéro heure trente minutes semant la panique par des tirs à l’arme lourde. » et se sont introduits dans les résidences du personnel et dans certains services principaux du centre hospitalier, notamment dans le bloc opératoire,  en médecine et en chirurgie ; des services qui sont tous partis en fumée.

Le bilan de ce « drame », selon le gouvernement camerounais fait état de quatre (4) morts dont deux malades brulés vifs sur leur lit d’Hôpital, sept véhicules de personnels de l’Hôpital incendiés, l’hôpital presque entièrement consumé par les flammes.

Le gouvernement condamne des « actes innommables et des actes barbares d’une extrême cruauté » et « adresse aux familles des victimes les condoléances les plus attristées du président de la République », Paul Biya.

René Emmanuel Sadi assure par ailleurs que le gouvernement continuera de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des populations du Nord-ouest et sud-ouest.   

Le Nord-ouest et sud-ouest, régions anglophones du Cameroun, sont en proie à une crise sécessionniste depuis près de trois ans. Il y a quelques jours, en prélude à la Fête nationale de la Jeunesse célébrée hier 11 février, les rebelles qui y opèrent, ont lancé un mot d’ordre de boycott de toutes les activités y relatives et imposé des « villes mortes » de près de deux semaines, après plusieurs jours de fortes tensions avec l’armée régulière.  

Ci-dessous, le Communiqué du gouvernement :

 

LeBledParle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here