France : Petits travaux à domicile: les magasins de bricolage s’y mettent

38

Acheter un robinet et pouvoir demander en magasin qu’il soit installé chez vous par un bricoleur contre une petite rémunération: c’est ce que veulent permettre YoupiJob, plateforme de services entre particuliers, et Bricomarché. Les deux entreprises annoncent un partenariat en ce sens… une semaine après une annonce similaire entre Needelp et Castorama.

Vous avez envie d’installer des rideaux mais ne savez pas comment poser la tringle? Vous avez peur d’abîmer le carrelage mural de votre salle de bain en fixant un porte-serviette? La pensée de monter une étagère vous donne des sueurs froides? Ce genre de travaux de bricolage sont souvent trop petits pour passer par un professionnel mais suffisamment gros pour freiner les ambitions de certains décorateurs d’intérieur dans l’âme.

Un problème que les magasins de bricolage entendent bien résoudre en se rapprochant des plateformes de services entre particuliers. YoupiJob et Bricomarché annoncent ce jeudi un partenariat… une semaine après un rapprochement du même type entre Castorama et Needelp.

L’idée des plateformes comme Needelp ou YoupiJob est simple: mettre en relation des particuliers qui ont besoin de réaliser des petits travaux chez eux avec d’autres qui ont les compétences pour le faire. Des prestations qui sont rémunérées. Une solution en toute facilité qui a convaincu Castorama ou encore Bricomarché d’en faire profiter leurs clients. Pour ce faire, Castorama, qui discutait pourtant avec YoupiJob il y a un an, vient d’annoncer un partenariat avec Needelp. Bricomarché s’est, lui, tourné vers YoupiJob.

« Nous voyons tous les jours des clients qui ont besoin d’aide pour les petits travaux de bricolage et nous n’étions pas armés pour leur apporter l’aide dont ils avaient besoin » explique Mathieu Delcourt, directeur marketing et stratégique pour les enseignes Bricomarché, Brico Cash et Bricorama au sein du Groupement Les Mousquetaires. Leroy Merlin est quant à lui partenaire de Frizbiz depuis quelques années.

« Levier de business »

« Il y a un dispositif en magasin avec des affiches, des flyers pour informer les clients et nous avons formé les vendeurs de Castorama » explique Guillaume de Kergariou, fondateur et président de Needelp, créé en 2014. « Et sur le Web, des bannières sur les deux sites présentent le partenariat. » Sur ces deux sites, les clients peuvent indiquer leur ville et saisir leur demande de travaux et ils reçoivent ensuite les offres de jobbers. « Historiquement, nous avons un service de pose proposé à nos clients.

Ce partenariat s’inscrit en complémentarité, pour les petits travaux » précise Frédéric Boullé, responsable des services et de la relation client omnicanale de Castorama. Du côté de Bricomarché, les vendeurs pourront également effectuer directement en magasin une pré-réservation pour leurs clients sur le site YoupiJob via une tablette. « Lors de la phase de test, il y a eu une prise en main très rapide par les vendeurs et aucune difficulté pour proposer le service aux clients qui l’ont très bien perçu » raconte Pascal Jeanney, qui exploite un magasin Bricomarché et un autre Brico Cash dans les Vosges.

Des partenariats qui permettent aux magasins d’apporter un nouveau service à leurs clients… et qui devraient avoir un impact sur leurs ventes. « C’est un levier de business » reconnaît Pascal Jeanney. Si la phase de test du partenariat avec YoupiJob ne permet pas encore de tirer de conclusions chiffrées, il estime que cela pourrait conduire à « une hausse de 5 à 10% sur les ventes techniques concernées », celles des petits travaux donc. « L’enjeu, c’est d’apporter plus de services, toujours plus de services pour les clients et cela pourrait également générer du chiffre d’affaires supplémentaire » reconnait Frédéric Boullé.

Rivaliser de garanties

Extrêmement proches dans leur positionnement –les deux plateformes s’occupent de services entre particuliers, sont très centrées sur les petits travaux de bricolage et le paiement de la prestation de services s’effectue via leurs sites–, Needelp et YoupiJob rivalisent de garanties pour promettre une expérience client la plus fiable et efficace possible. « Nous faisons passer des tests de vérification de nos membres et nous avons mis en place une garantie ‘satisfait ou refait’. Si un client n’apprécie pas le travail d’un de nos jobbers, nous proposons, sans coût additionnel, qu’un autre jobber refasse le travail. Ou s’il y a des dégâts sur l’élément à installer, nous le remplaçons » énumère Guillaume de Kergariou.

« Nous avons mis en place une intelligence artificielle, Lucy, qui identifie les meilleurs prestataires pour le travail demandé par le client » raconte quant à lui Bertrand Tournier, qui a fondé YoupiJob en 2012 et qui précise aussi que la plateforme peut s’occuper des démarches auprès de l’URSSAF pour déclarer le jobber. Les deux plateformes incluent une assurance, en partenariat avec la Maif pour Needelp et avec Axa pour YoupiJob, et assurent une réponse rapide de la part des jobbers grâce à leurs communautés respectives.

Forte croissance

Needelp revendique 100.000 membres sur sa plateformes, dont la moitié de jobbers quand YoupiJob se targue de 250.000 utilisateurs et insiste sur leurs 7.400 jobbers actifs. Des communautés qui devraient croître grâce aux partenariats avec Castorama et Bricomarché. Les deux enseignes disposent en effet d’un fort maillage de magasins sur le territoire (101 pour le premier et 479, voire 700 lorsque Brico Cash et Bricorama auront mis en place la solution, pour le deuxième). De quoi attirer un grand nombre potentiel de clients pour poster des missions mais aussi pour devenir jobber eux-mêmes pour les plus bricoleurs d’entre eux et profiter ainsi d’un complément de revenu. Needelp, qui bénéficie déjà d’un partenariat avec une autre enseigne du groupe Kingfisher, Brico Dépôt, a pu en juger: en un an, elle a engrangé 30.000 clients et jobbers supplémentaires par ce biais.

Un enjeu d’autant plus fort que les deux plateformes se rémunèrent par le biais d’une commission sur les transactions effectuées, commission de 15% pour Needelp et de 20% pour YoupiJob. « Nous avons 5 millions d’euros d’échangés sur la plateforme cette année » indique Bertrand Tournier qui se targue aussi d’une forte croissance. Croissance à deux chiffres aussi du côté de Needelp, revendique son fondateur. Les deux plateformes ne sont cependant pas encore rentables, étant en pleine phase d’investissement.

Il faut dire que le marché semble porteur: les ventes dans le secteur du bricolage ont bondi de 1,9% à 26 milliards d’euros en 2017. Une étude PwC de 2016 estimait quant à elle que les transactions réalisées sur les plateformes des cinq principaux secteurs de l’économie collaborative devraient atteindre 570 milliards d’euros en Europe en 2025, contre 28 milliards à l’époque de l’étude. Et les plateformes de services à la personne devraient en tirer avantage: elles pourraient voit leur chiffre d’affaires bondir d’environ 50% par an d’ici à 2025.

(avec challenges.fr)

afrik53.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here