Actualités

Formation du Bureau de l’Assemblée nationale : L’opposition conclut à l’échec de la médiation et se retire de tout, la communauté internationale saisie

Les députés de l’opposition, toujours en bloc, récusent le Bureau de l’Assemblée nationale et les postes dans les commissions.

Les groupes parlementaires de l’opposition à l’Assemblée nationale ont décidé de n’appartenir à aucune commission ni au nouveau Bureau du Parlement formé. Ils l’ont traduit, ce mardi 29 mai 2019, face à la presse qu’ils ont rencontré, à Cocody.

Les Groupes parlementaires PDCI-RDA, RASSEMBLEMENT et VOX POPULI vous ont conviés ce mardi 28 mai 2019, pour vous faire connaître l’épilogue de des consultations relatives à la mise en place du Bureau de l’Assemblée nationale et donner leur position sur la situation que vit notre Institution actuellement.

Il est bon de rappeler qu’après son élection controversée le 07 mars 2019, à la Présidence de l’Assemblée nationale, M. Amadou SOUMAHORO a entrepris de procéder au renouvellement annuel du Bureau de notre Institution. A cet égard, il a reçu les Groupes parlementaires de l’opposition les 17 et 23 avril derniers pour leur faire des propositions ; propositions qui ont été rejetées par les trois groupes parlementaires de l’opposition parce qu’elles ne garantissaient pas les droits de l’opposition parlementaire.

En effet :
« L’opposition parlementaire dispose de droits lui garantissant une représentativité adéquate et effective dans toutes les instances du Parlement. » Article 100 de la Constitution ; Le Bureau de l’Assemblée nationale doit refléter la configuration politique de l’Assemblée nationale (Article 6 du Règlement de l’Assemblée nationale) ; Les autres membres du Bureau sont élus pour un an renouvelable, sur proposition du Président de l’Assemblée nationale, après consultation des Groupes Parlementaires (Article 8 du Règlement de l’Assemblée nationale).

S’appuyant donc sur ces règles écrites ainsi que sur les usages parlementaires constatés depuis le retour au multipartisme de notre Pays, les trois groupes parlementaires d’opposition ont invité le Président de l’Assemblée nationale à revoir ses propositions et à poursuivre les négociations.

C’est ainsi qu’à la demande du Président de l’Assemblée nationale, la Représentante de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire va entamer une médiation en vue de trouver une solution consensuelle pour la mise en place effective du Bureau de l’Assemblée nationale.

Dans ce cadre, les Groupes parlementaires ont accepté d’échanger le mercredi 15 mai 2019 avec la Médiatrice pour lui faire connaître leur proposition commune.

Tout en encourageant la Représentante de l’UA en Côte d’Ivoire à poursuivre avec diligence la résolution de cette situation, les 3 groupes parlementaires d’opposition ont exhorté le Président de l’Assemblée nationale à créer et à maintenir au sein de l’Institution parlementaire un climat apaisé, propice à l’exercice du mandat parlementaire dans l’intérêt supérieur des populations ivoiriennes

Hier, lundi 27 mai 2019, soit plus de 10 jours après le début de la Médiation, et malgré de nombreux échanges, le Président de l’Assemblée nationale refuse avec obstination d’accéder à la nouvelle proposition faite par les groupes parlementaires de l’opposition de se délester de 3 postes (un (1) Vice-président et de deux (2) secrétaires) sur les onze (11) qui leur reviennent de droit ; attitude de M. Amadou SOUMAHORO est en contradiction avec l’esprit de dialogue et d’ouverture dont il se proclame ces derniers temps.

Prenant donc acte de la volonté manifeste et continue du Président de l’Assemblée nationale de violer la Constitution de notre Pays et le Règlement de notre Institution, les Députés de l’Opposition ont conclu à l’échec de la médiation, malgré leurs concessions.

Aussi, fort de ce regrettable constat, les Groupes parlementaires PDCI-RDA, RASSEMBLEMENT et VOX POPULI, décident-ils à compter de ce jour, mardi 28 mai 2019 :
1.De se retirer de la Médiation initiée par la Représente de l’Union Africaine à la demande du Président de l’Assemblée nationale ; 2.De ne pas appartenir au Bureau de l’Assemblée nationale, illégalement constitué, ainsi qu’aux Bureaux des différentes commissions permanentes ; 3.D’engager toutes les actions légales, au plan national et international, à l’effet de corriger ce grave dysfonctionnement institutionnel ; 4.D’exercer un recours juridictionnel dans les meilleurs délais.

Bien que regrettant que l’exercice de leur mandat soit entravé par des considérations politiciennes et partisanes, les Députés, membres des Groupes parlementaires PDCI-RDA, RASSEMBLEMENT et VOX POPULI, qui entendent assurer la meilleure représentation possible des intérêts des populations ivoiriennes qui les ont élus, s’engagent à participer aux travaux parlementaires.

En effet, de nombreuses préoccupations d’intérêt national, telles que la crise de l’éducation nationale, les questions sécuritaires et la résurgence des différends intercommunautaires notamment, méritent d’être examinées avec célérité par la Représentation nationale.

Fait à Abidjan, le mardi 28 mai 2019

 

LES GROUPES PARLEMENTAIRES DE L’OPPOSITION :

GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI-RDA

GROUPE PARLEMENTAIRE RASSEMBLEMENT

GROUPE PARLEMENTAIRE VOX POPULI

Source : Rumeurs d’Abidjan.net

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page