Actualités

En Guinée, des opérations de déguerpissement controversées

En Guinée Conakry, c’est à coup de pelleteuses que des maisons du quartier Dar-es-Salam ont été rasées sous le regard des habitants. Le gouvernement a entamé récemment une opération de déguerpissement dans ce quartier situé dans une décharge, à la périphérie de Conakry, la capitale.

Si les autorités brandissent un avis d’expulsion de trois mois rendu aux habitants, ces derniers affirment cependant avoir été pris au dépourvu par les démolitions.

“Plusieurs personnes jeûnent en ce moment et on les a chassées. Ils ont détruit ma maison qui était ici, ils l’ont détruite devant moi. Je n’ai pas d’autre choix que de laisser à Dieu. Si le gouvernement n’a pas pitié de nous, le Tout-Puissant aura pitié de nous, c’est tout ce que nous avons. Alpha Condé doit développer ce qui est déjà construit, pas le détruire. Mais si Dieu a décidé qu’il (Condé) doit détruire, et qu’il n’a pas pitié de nous, alors nous le laisserons à Dieu”, peste Diawadou Sow, un résident du quartier.

Ce sont les pauvres qui vivent ici, nos pères ont mis tout ce qu’ils avaient dans la construction de ces maisons, alors notre présent et notre avenir sont ici.

Selon le gouvernement, ces habitants ont été priés de déguerpir par mesure de sécurité, car en 2017, neuf personnes avaient péri après des pluies torrentielles dans ce même bidonville. Toutefois, sans solution de relogement immédiat, les responsables du département du logement du pays joignent leur voix à celle des riverains et dénoncent la méthode.

“Ce sont les pauvres qui vivent ici, nos pères ont mis tout ce qu’ils avaient dans la construction de ces maisons, alors notre présent et notre avenir sont ici. Nous n’avons pas d’avenir ailleurs, alors aujourd’hui, si le gouvernement veut nous expulser, il doit nous aider avec dignité”, suggère Antoine Lamah, membre d’une association de défense des droits des résidents de Dar-es-Salam.

Le gouvernement guinéen a promis d’indemniser chaque famille affectée par une somme de 20 millions de francs guinéens soit 2 000 euros, un montant jugé insuffisant par les déguerpis.

Source : africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page