Actualités

Débat sur la Crise: les députés du RDPC jouent au chat et à la souris

Chaque tentative allant dans le sens d’insérer la crise anglophone parmi les sujets à l’ordre du jour, à chaque fois que les parlementaires se sont réunis n’a pas abouti.

La crise anglophone sévissant au Cameroun depuis octobre 2016, n’a jamais été à l’ordre du jour à l’assemblée Nationale. Près de trois ans déjà, elle n’a jamais fait l’objet d’un débat dans la chambre basse du Parlement.

Le journal Le Messager dans son édition de ce jour, s’interroge sur les raisons qui font que la crise anglophone ne soit pas encore passée en débat à la chambre basse du parlement. Notre confrère s’interroge sur les raisons qui poussent les représentants du peuple, militants du parti au pouvoir à fuir le débat sur la crise anglophone.

Malgré la sortie du Chief Mukete qui se plaignait de ce que, «sa population meurt et les parlementaires son entrain de jouer, de se distraire, de s’occuper des broutilles à son sens», d’après le journal.

Malgré les propositions et plaintes du SDF; la dernière en date est «une résolution conforme aux dispositions des articles 57 et suivant des règlements de l’Assemblée Nationale… proposée par les députés du SDF; l’Assemblée Nationale n’a jamais accepté le débat», relève le journal.

Les parlementaires ont parlé de la crise anglophone à la fin de leurs travaux sans jamais débattre de celle-ci à l’hémicycle: «au cours de leurs deux premières sessions de cette année à l’Assemblée Nationale tout comme au Sénat, Cavaye Yéguié Djibril ou le très vénérable Marcel Niat Njifendji, ont largement parlé de la crise anglophone. Bien entendu qu’ils en ont parlé à la clôture de la session devant les médias. C’est pour le protocole… ce message là est la position du gouvernement», affirme le journal.

Le journal dit enfin que, «on aurait pu penser que le parti protège ou craint que l’amateurisme de ses élites dans les deux régions soit exposé sur la place publique».

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page