Côte d’Ivoire : la pénurie d’eau s’intensifie à Bouaké

55

Bouaké (© 2018 Afriquinfos) –L »C’est cafard qui sort du robinet en ce moment », résume, fâchée, Honorine Babalou, couturière de 20 ans, en transportant sur sa tête une bassine d’eau livrée par un camion-citerne dans les rues terreuses d’un quartier populaire de Bouaké, la deuxième ville de Côte d’Ivoire, confrontée à une pénurie d’eau depuis trois mois liée au réchauffement climatique.

Le lac du barrage de la Loka qui fournissait les 3/4 de l’eau de la ville est à sec ou presque. Ses 28 millions de m3 se sont réduits à une peau de chagrin, rendant ubuesque un panneau « Pêche et baignade interdites » devant un champ d’herbe désormais située à plusieurs centaines de mètres du point d’eau.

« C’est le changement climatique. Il pleut beaucoup moins, le soleil est plus fort depuis quelques années », souligne Yeboué Ouffoué, chef du petit village d’Angoua-Yaokro situé près du barrage construit à la fin des années 1970. Ancien préfet, aujourd’hui âgé de 85 ans, l’homme a le recul nécessaire pour constater l’évolution sur la durée.

Côte d’Ivoire : la pénurie d’eau s’intensifie à Bouaké
Côte d’Ivoire : la pénurie d’eau s’intensifie à Bouaké

Il s’inquiète pour les 300 habitants: « Ici, on vit d’agriculture. Mais, avec le manque d’eau, on ne peut plus planter comme on le voudrait. Il y a une baisse des revenus, c’est évident. Les temps sont durs ».

A Bouaké, qui compte 800.000 habitants, la situation est critique

« Nous sommes entrés dans une ère de rationnement de l’eau », reconnait le maire de l’ancienne capitale de la rébellion, Nicolas Djibo, qui pointe du doigt le réchauffement climatique mais aussi l’action de l’homme qui a détourné l’eau de ses voies naturelles avec des carrières dans la région.

Le maire de la ville, située dans le centre de la Côte d’Ivoire, espère une solution « durable » d’ici deux ans avec le raccordement de l’ancienne capitale de la rébellion au lac de Kossou, à une centaine de km. Une opération qu’il estime à une trentaine de milliards de francs CFA (45 millions d’euros) qui devraient être financés en partie par la Banque Mondiale.

– « L’eau comme un trésor » –

« C’est pas possible de vivre comme ça », affirme Mariam Koné, commerçante, mère célibataire de trois enfants qui s’occupe de sa mère malade.

« On peut passer deux, trois jours sans se laver. Avant on buvait l’eau du robinet. Aujourd’hui, nous les adultes, on se prive mais les enfants ne comprennent pas. On est obligé d’acheter de l’eau minérale. Elle a augmenté de 400 (60 centimes) à 800 (1,2 euros). On dépense plus, on va faire faillite », se plaint-elle.

I.N.

Afriquinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here