Actualités

Côte d’Ivoire : « 53 % des terres sont à usage agricole », révèle le Dg du Bnetd

Les résultats de l’étude sur l’occupation des sols remis aux autorités ivoiriennes. (Ph : DR)

Un état des lieux de l’occupation actuelle des terres afin de faciliter la prise de décisions en matière d’aménagement du territoire, de gestion des terres et de conflits fonciers a été fait. Les résultats ont été présentés, vendredi 24 mai 2019, au cours d’une cérémonie à l’auditorium de la Primature, à Abidjan-Plateau.

 

Les résultats de l’étude d’occupation du sol du projet  »Surveillance spatiale des terres » commanditée par le Secrétariat exécutif permanent de la Réduction des émissions de gaz à effet de serre dus à la déforestation et à la dégradation des forêts (Redd+) ont été publiés vendredi 24 mai 2019. Réalisée par le Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd), cette étude révèle que 53 % des terres sont à usage agricole. Information donnée par le Directeur général du Bnetd, Kinapara Coulibaly qui a ajouté que « la forêt quant à elle, occupe une superficie de 3,4 millions d’hectares soit 10,64%. La superficie des forêts dégradées est quant à elle estimée à 2,7 millions d’hectares ».

Le Coordonnateur du projet Redd+, Colonel Ahoulou Kouamé Ernest, a indiqué que la Côte d’Ivoire doit élaborer chaque 4 ans des communications nationales incluant un inventaire de gaz à effet de serre et tous les 2 ans, un cadre d’approche triennal actualisé. Toute chose qui, a-t-il dit, exige des données actualisées sur les activités Redd+ à travers le système national de surveillance des forêts par satellite mais également des données relatives aux facteurs d’émissions données par l’inventaire forestier national.

Le Directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, François Kouablan a affirmé que les résultats présentés invitent à poursuivre le renforcement des capacités des services nationaux spécialisés en cartographie et système d’information géographique ainsi que les synergies d’actions avec les différents partenaires afin de contribuer significativement, chacun à son niveau, à l’atteinte des objectifs fixés.

Le Directeur pays de l’Agence française de développement (Afd), Emmanuel Debroise a affirmé que le projet « Surveillance spatiale des terres », financé dans le cadre du premier Contrat de désendettement et de développement (C2d) conclu entre la France et la Côte d’Ivoire, à hauteur de 1 milliard de Fcfa, a permis à la Côte d’Ivoire de disposer d’un outil de surveillance des terres : le géo-portail SST opérationnel depuis 2018 et d’une carte d’occupation des sols.

Source : Rumeurs d’Abidjan.net

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page