Politique

Christian Penda Ekoka à Macron : « les dictatures sont en Afrique plus ruineuses que les dettes »

Dans un tweet publié le dimanche 19 avril 2020, l’allié de Maurice Kamto et manager du comité de gestion du fonds Survie Cameroun Survival Initiative (SCSI) parle à Emmanuel Macron, président de la République de France au sujet du soutien de son pays au Cameroun par rapport à la lutte contre le Covid-19.

Christian Penda Ekoka – DR

L’un des volets de l’appui de la France au Cameroun par rapport à la lutte contre le Covid-19 sur le plan économique est de permettre au Cameroun de faire face aux conséquences de la pandémie sur l’économie camerounaise.  « Je lui ai donc rappelé les efforts qui ont été mentionnés par le président de la République Emmanuel Macron. D’abord d’un point de vue budgétaire, financier, le moratoire sur le remboursement de la dette pour le Cameroun qui a été obtenu au cours du G20. Le président Macron a été un élément moteur de cette décision qui va se traduire par un allègement de 230 milliards de F pour l’économie camerounaise, dont 60 milliards pour la France », a annoncé S.E Christophe Guilhou au sortir de l’audience avec le Président de la République, Paul Biya, le 16 avril 2020.

L’économiste Christian Penda Ekoka pense que la France ne s’attaque pas à la racine du mal, mais plutôt à ses symptômes en donnant des moratoires aux « dictateurs africains ». « M. Macron, les dictatures sont en Afrique plus ruineuses que les dettes qui n’en sont qu’une des conséquences néfastes…Et les moratoires aux dictateurs constituent une lourde hypothèque pour l’avenir des Africains. Attaquons-nous à la racine du mal et non à ses symptômes », déclare-t-il.

L’autre soutien de la France se traduit d’abord sur le plan sanitaire par la fourniture du matériel médical entre autres. « J’ai rappelé tous les efforts que fait la France pour la fourniture de matériel médical, la prise en charge des malades, l’achat des réactifs. Des lots vont arriver » a indiqué le chef de la mission diplomatique française au chef de l’Etat du 16 avril dernier. Un appui matériel qui devrait s’ajouter aux efforts déployés sur le terrain par des structures comme le Centre Pasteur, actif dans le dépistage et la mise en place des tests, l’Institut français pour le développement et le Cirad qui sont des institutions de recherche dans lesquelles travaillent des scientifiques camerounais.


Newsletter :

Déjà plus de 5000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Source : Lebledparle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page