Actualités

CEI : Gnamien Konan invite les personnalités de la société civile à manifester publiquement leur intention (Déclaration)

Le Président de [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire a animé une conférence de presse ce jeudi 11 juillet 2019, au siège de son parti à Cocody 2 Plateaux. Gnamien Konan s’est prononcé sur l’actualité politique du pays.

Ci-dessous l’intégralité de ses propos liminaires.

La Côte d’Ivoire, comme nous le savons est un beau pays, avec d’énormes potentialités. Nous avons juste besoin de mettre notre jeunesse au travail. C’est pourquoi, je dis souvent qu’avec la paix, même sans gouvernement et sans corruption, la Côte d’Ivoire peut atteindre 15% de taux de croissance. En attendant nous avons besoin de paix et d’alternance démocratique. Mais nous voilà à présent dans une atmosphère politique tendue.

Comme si nous étions en 2010, par l’effet d’une constitution qui maintient dans le jeu politique les protagonistes de la crise de vingt ans, le G3. Le BOG, comme je l’avais nommé. Il faut trouver les moyens de régler constitutionnellement ce problème pour que la politique devienne quelque chose d’utile et d’apaisée comme ailleurs.

En attendant [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire invite l’ensemble des acteurs politiques du pouvoir comme de l’opposition à mettre balle à terre et s’écouter tout simplement. Contrairement à ce qu’il dit les clés de la paix se trouvent entre les mains du pouvoir. Comme je l’écrivais hier la démocratie est un préalable incontournable pour le développement. Je demande au Président de tout entreprendre, y compris renoncer ici et maintenant à ses envies de troisième mandat pour préserver le pays d’une nième crise. Vingt ans de crise! Nous ne sommes pas le pays le plus bête du monde.

La Politique doit être un débat fraternel d’idées ayant pour but la paix et le développement de notre pays. C’est dans ce double soucis que nous vous avons conviés ce matin, pour apporter la contribution de [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire à la solution de la tension actuelle. Ainsi nous allons parler ou reparler de trois points.:

1/ les menaces sur la liberté des opposants, notamment la liberté d’opinion ;

2/ le financement de la Carte Nationale d’Identité (CNI) ;

3/ la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

I- Les menaces sur la liberté des opposants politiques Le pouvoir RHDP se crispe de plus en plus. Les opposants en font les frais. Jugeons-en : Pour un tweet, le ministre Lobognon s’est retrouvé en prison en dépit de son immunité parlementaire ; Le président Bédié est menacé de poursuite judiciaire pour avoir dénoncé l’orpaillage clandestin, la fraude sur la nationalité et la pression des étrangers sur les forêts classées et le foncier dans nos campagnes ;

– Le président de la jeunesse urbaine du PDCI a été inculpé pour trouble à l’ordre public, est sous contrôle judiciaire et quasiment interdit de parole ; Le professeur Bamba Moriféré, après avoir échappé à un enlèvement, doit se présenter devant le juge ce matin ; Pendant que la répression s’abat sur l’opposition pour des délits d’opinion, les tenants du pouvoir peuvent se permettre toutes les dérives possibles. Ils bénéficient d’une immunité spéciale, du fait de leur appartenance au RHDP. Ainsi :

– Le député Mariam Traoré peut proférer en toute impunité des injures publiques graves à des adversaires politiques et appeler des Imans à aider sa chapelle politique à conserver le pouvoir pour longtemps ; Le député Dah sansan peut menacer de mort des journalistes et puis il n’y a rien ; Un groupe de jeunes, en toute impunité, peut profaner le domicile d’un ancien chef de l’Etat ; Le ministre Adjoumani, sûr de son immunité spéciale, peut tranquillement révéler que le RHDP enrôle des étrangers pour étoffer son électorat.  

[email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire condamne cette répression sélective, qui n’est rien d’autre que de l’intimidation pour faire taire l’opposition. Il n’y a pas de démocratie sans opposition. C’est le principe de La Croix. Seule une vraie démocratie peut permettre à notre pays d’exploiter tout son Potentiel naturel et humain.

    “[email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire a été le premier mouvement à demander la gratuité de la confection des CNI pour nos concitoyens”

II- Le financement de la carte  nationale d’identité (CNI)

[email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire a été le premier mouvement à demander la gratuité de la confection des CNI pour nos concitoyens. Toutes les obédiences politiques sauf le RHDP, la société civile et les populations se sont ralliées à cette position. Nous nous en félicitons. [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire estime qu’un citoyen ne peut être d’identité parce qu’il est pauvre. C’est presque qu’une question de bon sens.

Or, il y a bel et bien des personnes en Côte d’Ivoire, ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté, soit 46% de la population, qui n’ont pas 5.000 frs CFA pour acquérir leur identité. C’est le cas de nombreux étudiants qui n’ont même pas 200 frs par jour, pour se nourrir, des paysans qui subissent la mévente de leurs produits, des diplômés qui sont sans emploi et sans ressources. C’est la justification du filet social et PS-GOUV, n’est-ce pas? Ce que l’opposition demande au nom des démunis c’est de faire payer la CNI par l’impôt et non avec le salaire des ministres.

    “Nous avions souhaité que la CNI soit non seulement gratuite mais qu’elle puisse servir de carte d’électeur comme au Sénégal par exemple. Le gouvernement en a ouvert la voie puisque la loi dit que cette CNI est multi fonction”

[email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire propose :

-Le financement de la CNI par le PS-GOUV et ou, une augmentation exceptionnelle de la TVA sur tout ou partie des marchandises à l’importation et ou, la gratuité ciblée de la CNI pour les non travailleurs et le monde rural ou agricole qui paye déjà le DUS sur son travail trop peu rémunéré. Ces propositions peuvent ainsi, être cumulées pour trouver une solution en faveur des pauvres et non en faveur des partis d’opposition ou de [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire. Dans tous les cas nous pensons que le gouvernement dispose de nombreux leviers pour régler cette question afin que tous les Ivoiriens aient la nouvelle CNI.

Par ailleurs nous avions souhaité que la CNI soit non seulement gratuite mais qu’elle puisse servir de carte d’électeur comme au Sénégal par exemple. Le gouvernement en a ouvert la voie puisque la loi dit que cette CNI est multi fonction. Nous félicitons le gouvernement. Mais cela pose le problème de la fraude déjà dénoncée sur l’ancienne carte. C’est pourquoi, pour [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire, [email protected] CEDEAO doit être associée d’une manière ou d’une autre à la création de nouvelles CNI dans ses États membres afin d’avoir une base de données unique d’identification des citoyens de la CEDEAO.

Elle pourrait même être activement associée au financement des CNI CEDEAO par le biais du PCC, prélèvement communautaire de solidarité. Cette solution que nous privilégions règle à court sûr la question du financement et de la fraude sur les CNI ou la nationalité. Nous allons saisir dans les jours qui viennent, la CEDEAO dans ce sens.
III- La réforme de la commission électorale indépendante (CEI)

Pour garantir l’impartialité, l’indépendance, la neutralité et l’efficacité de la CEI, [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire a toujours préconisé que son président soit choisi par appel à candidatures. A part encore une fois le RHDP et son gouvernement, tout le monde est aujourd’hui d’accord avec cette proposition. Dans le cadre des discussions entre les 23 partis d’opposition sur la réforme de la CEI, un consensus a été trouvé pour une Commission sans représentants de l’administration, des institutions, des religieux et des partis politiques. [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire est en phase avec cette vision.

L’absence des partis politiques au sein de la CEI que nous voulons, ou du moins leur présence avec voix non délibérative, est tout à fait logique. Car, cela consacre le respect du principe d’égalité des candidats vis-à-vis de la CEI. Car dans sa formule actuelle tous les candidats ne peuvent être représentés à la CEI. Or il ne saurait avoir de candidat ou de paris plus représentatif ou plus légitimes que d’autres. Seul le peuple souverain doit en décider. [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire approuve également la proposition qui élève la CEI au rang d’institution, pour consacrer son autonomie administrative et financière et la soustraire à l’influence de l’exécutif.

    “Les personnalités de la société civile qui se sentent capables de diriger la CEI reformée, à manifester publiquement leur intention”

Au regard de toutes ces avancées, partagées par toute l’opposition, [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire invite :

– Le gouvernement à rouvrir les discussions avec l’opposition et la société civile significatives  pour la mise en place d’une CEI qui garantit des élections incontestables. C’est une question de bon sens ; Les personnalités de la société civile qui se sentent capables de diriger la CEI reformée, à manifester publiquement leur intention, voir leur candidature. [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire souhaite, pour la présidence de la CEI réformée, une personnalité apolitique, avec un profil de chef de projet.

Pour l’ensemble de ces questions nous demandons aux populations de s’exprimer en saisissant leurs représentants, les députés, les maires, les chefs de village, les chefs cantons, les responsables des syndicats pour leur donner leurs positions. L’extrême politisation de tous les débats en Côte d’Ivoire doit diminuer.

En conclusion nous lançons un appel, un cri du cœur même, au parti au pouvoir et aux partis d’opposition afin de saisir l’occasion des questions de la CNI et de la CEI pour montrer au monde entier notre génie, le génie ivoirois, notre capacité à transcender nos différences pour nous réconcilier et faire de ce pays un havre de paix pour l’humanité, un véritable paradis.

Je vous remercie.

Gnamien Konan

Source : Rumeurs d’Abidjan.net

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page