Bolloré en garde à vue, l’action du groupe plonge, la Guinée nie tout

55

En milieu de journée, l’action du groupe Bolloré baisse de 7,62%. En cause, la garde du patron de l’entreprise s’est réunie ce mardi 24 avril au matin par la police judiciaire, pour être soupçonnée de « corruption d’agents publics étrangers » sur les conditions d’obtention de concessions dans les ports de 2010 en Guinée et Aller. Le groupe Bolloré a émis un démenti, le gouvernement guinéen aussi.

Article publié le mardi 24 avril 2018 à 11h31, mis à jour avec cours de Bourse à 14h42 et communiqué du groupe Bolloré, à 15h18 avec communiqué de la Guinée et révélation par Le Monde de l’identité des autres dirigeants entendus]

L’homme d’affaires Vincent Bolloré a été placé en garde à vue concernant les conditions d’obtention de concessions en Afrique par le groupe Bolloré dont il est Pdg, rapporte le quotidien Le Monde. Le milliardaire breton, qui a créé la surprise il y a quelques jours en renonçant à la présidence du conseil de Vivendi, est auditionné depuis ce mardi 24 avril au matin à Nanterre (Hauts-de-Seine) par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a-t-on précisé de source judiciaire, confirmant une information du journal Le Monde.

En avril 2016, les juges enquêtaient déjà et La Tribune s’était fait l’écho de l’investigation menée par Le Monde sur cette affaire de corruption possible dans les activités africaines du groupe Bolloré.

Soupçons de manipulations politiques en Guinée et au Togo

Le quotidien ajoute que l’entrepreneur est placé en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire ouverte notamment pour « corruption d’agents publics étrangers » concernant les conditions d’obtention de concessions en Guinée et au Togo.

La justice soupçonne des dirigeants de la société d’avoir utilisé le groupe de communication Havas, alors contrôlé par Bolloré, pour faciliter l’arrivée au pouvoir de dirigeants africains afin d’obtenir en contrepartie des concessions portuaires dans ces deux pays.

« Au cœur de l’instruction, il est reproché à Vincent Bolloré, selon un faisceau d’informations concordantes, d’avoir fourni, via le géant de la communication Havas, des prestations en communication dans le cadre des campagnes présidentielles de Faure Gnassingbé (Togo) et d’Alpha Condé (Guinée) qui auraient été très largement sous-facturées », explique notre confrère La Tribune Afrique dans son article (ci-dessous) qui détaille l’affaire.

On surveillait donc depuis ce matin l’effet de cette annonce sur le cours de Bourse des différentes entités dont le milliardaire est propriétaire.  Ce matin à 11h30, on constatait peu d’effets sur l’action Vivendi, dont Vincent Bolloré est le premier actionnaire: le cours chutait de seulement 0,90% à la Bourse Euronext de Paris. Après quelques cahots, elle se retrouvait au même niveau aux alentours de 15 heures.

Plongeon de l’action Bolloré, plusieurs autres dirigeants entendus

En revanche, l’action du groupe Bolloré amorçait un plongeon dès 11 heures puis continuait à dégringoler jusqu’à environ -8% pour revenir vers 15 heures à -5,33%, à 4,23 euros.

Si ce matin personne n’avait pu être joint dans l’entourage du dirigeant pour commenter l’information du Monde, le groupe Bolloré finalement, publiait en début d’après-midi  un communiqué qui confirmait l’audition de plusieurs de ses dirigeants sans les nommer. Mais Le Monde dévoilait, peu après, l’identité des autres cadres du groupe également en garde à vue ce mardi : le directeur général du groupe Bolloré, Gilles Alix, et Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international de l’agence de communication Havas.

Le groupe Bolloré nie toute irrégularité

Toujours dans son communiqué, le groupe Bolloré a nié toute irrégularité:
« L’audition de ses dirigeants permettra d’éclairer utilement la justice sur ces questions qui ont fait l’objet d’une expertise indépendante qui a conclu à la parfaite régularité des opérations », affirme le groupe industriel diversifié, contrôlé par la famille Bolloré.
Le communiqué se poursuit ainsi :
« Le Groupe Bolloré dément formellement que sa filiale de l’époque SDV Afrique ait commis des irrégularités. »

La concession de Conakry conforme à la loi, selon le gouvernement guinéen
Puis ce mardi en début après-midi, en réaction à l’audition sur le territoire français de Vincent Bolloré par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le ministre porte-parole du gouvernement guinéen, Damantang Albert Camara, déclara que la concession accordée au groupe Bolloré pour le port de Conakry était strictement conforme à la loi.

La justice française s’intéresse notamment aux conditions de reprise par le groupe Bolloré de la concession du port de Conakry et de la gestion d’un terminal à conteneurs du port de Lomé, au Togo.
« La concession portuaire de Conakry a été accordée dans le strict respect des lois en vigueur », a déclaré Damantang Albert Camara, joint par téléphone, rapporte Reuters.
Selon Reuters, on ajoutait, dans l’entourage du président Alpha Condé, que « la Guinée n’est pas concernée par ces allégations, qui n’ont aucun sens. »

Quand Bolloré assignait France2 pour son « Complément d’enquête »

Sur les affaires réalisées par les sociétés du groupe Bolloré en Afrique, deux journalistes avaient enquêté et produit un documentaire intitulé  » intitulé « Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien » diffusé par France 2 dans le cadre de l’émission « Complément d’enquête ». Pour mémoire, en juillet 2016, le groupe Bolloré, dénonçant « une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement » à travers une émission « totalement à charge », avait annoncé qu’il réclamait 50 millions d’euros à la chaîne télévisée France 2, pour avoir rediffusé un « Complément d’enquête » consacré à son patron Vincent Bolloré.

« Afin de mettre un terme à cette campagne insidieuse et de protéger tant les intérêts de ses salariés que de ses actionnaires, le groupe Bolloré a assigné France 2 afin d’obtenir réparation devant le tribunal de Commerce de Paris de son préjudice évalué à 50 millions d’euros », indique le communiqué.

Prix Albert-Londres pour les deux auteurs du documentaire

Environ un an après, les journalistes Tristan Waleckx et Mathieu Rénier, auteurs de ce documentaire, ont reçu la plus haute récompense en terme de journalisme : le prix Albert-Londres 2017 (catégorie audiovisuelle).
Enfin, il faut savoir que le groupe Bolloré n’aime pas du tout qu’on s’intéresse à ses activités africaines notamment. Quand ce sont des juges, il n’y peut rien, quand ce sont des journalistes qui enquêtent pour l’information de tous, ils sont presque systématiquement poursuivis en justice. Lire cet article de Télérama, daté du 24 janvier 2018, sur la conception de la liberté de la presse par Vincent Bolloré.

Secret des affaires

« Télérama » écrit que « ces poursuites systématiques visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques comme le groupe Bolloré. Objectif : les dissuader d’enquêter et les réduire au silence, pour que le « secret des affaires », quand celles-ci ont des conséquences potentiellement néfastes, demeure bien gardé. C’est l’intérêt général et la liberté d’expression qui sont ainsi directement attaqués. »

La réponse de Tristan Waleckx et Mathieu Rénier à la volonté de restriction de l’information a été de mettre leur documentaire à la disposition de tous, gratuitement, et dans son intégralité.

(avec Reuters et AFP)

afrik53.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here