Actualités

Bébé de Muyuka assassiné: Nfon Mukete assène un coup fatal à l’armée

Pour Nfon Victor Mukete, ce sont les éléments de l’armée camerounaise qui ont tué le nourrisson de Muyuka le 20 mai dernier.

En effet, un bébé de quatre mois avait été tué par balle lundi, jour de la fête nationale du Cameroun, à Muyuka, région du Sud-ouest, où avait lieu un violent affrontement. Les séparatistes et l’armée continuent à s’accuser mutuellement.

Dans un communiqué publié le mercredi 22 mai, le porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi, a démenti les allégations attribuant aux soldats camerounais l’assassinat du bébé, indiquant que: « à la lumière des informations soigneusement recoupées par les services spécialisés de l’Etat, cet acte abominable a été perpétré par des individus issus des bandes armées criminelles ».

Pourtant, dans un témoignage diffusé sur la toile, une certaine Emilia Agbor, présentée comme la mère du bébé, accusait les militaires d’avoir tiré à bout portant sur son bébé, une version que le plus vieux sénateur trouve plausible.

Le chef supérieur de Bafaw dans le Sud-ouest, Nfon Victor Mukete, dans une sortie, soutient mordicus que l’armée est l’origine de décès du bébé. Une déclaration qui ne va certainement pas plaire aux autorités de Yaoundé.

Le doyen des sénateurs avait indiqué dans une autre sortie que les souffrances des populations du Sud-ouest-et Nord-Ouest étaient trop lourdes, pour que les autorités de Yaoundé continuent à garder le silence.

En agitant sa canne, Cet acteur majeur de la réunification dans les années 1960, considéré aujourd’hui comme l’un des gardiens de la mémoire du pays, avait une fois de plus réitéré que seul un retour à la fédération peut rétablir la normalité dans les régions anglophones agitées.

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page