Actualités

Affaire Kamto: un journal dans le viseur du CNC

Dans un communiqué publié ce vendredi 14 juin 2019, le gendarme des medias condamne fermement le N02950 du quotidien Le Jour paru le 13 juin 2019, dans les colonnes duquel, figure un article dont la substance révèle que de nombreux militants du MRC arrêtés le 08 juin 2019 lors des marches blanches, l’ont été sur la base de leur appartenance ethnique.

«MRC: La traque au Faciès». Ce sont ces 5 mots placardés à la grande Une du Journal Le Jour dans son édition du Jeudi 13 juin 2019, qui ont justifié la sortie épistolaire du Conseil National de la Communication ce vendredi 14 juin 2019. Selon le régulateur de la sphère médiatique camerounaise, une telle Une, rentre dans le cadre de ce que l’on peut considérer comme un délit de presse. De plus, précise le CNC, il peut également constituer une menace sérieuse contre la paix sociale.

Pour illustrer d’avantage le caractère conflictogène de cet article énoncé à la Une et publié à la page 5 de ce numéro, Joseph Janvier Mvoto Obounou, le vice-président du CNC, va en sélectionner quelques extraits et les insérer dans son communiqué. Notamment «… Un individu avec un nom à consonance Bamiléké était plus susceptible de se faire arrêter et de finir en prison qu’un autre», ou encore «… Ce tri s’est fait sur une base ethnique et les patronymes des personnes gardées à vue ont été déterminants… ».

C’est au vu de ce qui précède que le CNC a tenu a rappeler aux principaux acteurs des medias «Que la diffusion d’informations à caractère conflictogènes, mettant en exergue des propos haineux tribalistes ou séditieux va à l’encontre du respect du principe de responsabilité sociale et des exigences d’éthique et de déontologie professionnelles dont est garant le journaliste dans l’exercice de ses foncions». Renseigne t-il.

Tout en s’inquiétant de la récurrence de tels propos dans les medias, le Conseil National de Communication rappelle aux auteurs des dérives médiatiques préjudiciables du bon ordre social, «qu’ils s’exposent de ce fait aux sanctions prévues par le décret du 23 janvier 2012 portant réorganisation du CNC, qui dispose à son article 4(1) que le conseil veille au respect de la paix sociale, de l’unité et de l’intégration nationale dans tous les medias».

Après la sortie du CNC, certains acteurs majeurs de la presse camerounaise ont apporté leur soutien à Haman Mana, directeur de publication du Quotidien Le Jour et à son journal. Parmi ces derniers, figure Benjamin Zebaze, Directeur de publication du Journal Ouest-Littoral. Pour lui, «Haman Mana est un journalise avec grand J. Il n’y a personne au CNC qui puisse lui donner des leçons ; surtout pas Peter Essoka qui n’a aucun diplôme connu. Haman est d’ailleurs très sexy avec ce titre car j’aurai titré «Chasse aux Bamiléké sur tout le territoire» car c’est ce qui se passe, les militants du MRC sont tous bamiléké».

« />

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page