Actualités

Affaire Camair-Co: comment Ferdinand Ngoh Ngoh a forcé la main à Biya

Louis Georges Njipendi Kouotou, DG de CAMAIR-CO archives
Le nouveau directeur général de la compagnie nationale aérienne a travaillé avec le Secrétaire Général de la Présidence au ministère des Relations Extérieures avant de poursuivre leur collaboration au Palais d’Etoudi.
C’est connu depuis 24 heures. La Cameroon Airlines Corporation (CAMAIR-CO) a un nouveau top management. Sur décisions du Chef de l’Etat, signées le 27 mai 2019 et annoncées au cours d’une session extraordinaire du conseil d’administration tenue dans la foulée à Yaoundé, Louis Georges Njipendi Kouotou a été porté aux fonctions de directeur général de la compagnie nationale aérienne. Celui qui occupait jusque-là le poste de président du conseil d’administration (PCA) de la compagnie sera secondé par Max Constant Mve, directeur général adjoint. Le nouveau PCA a pour nom Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, le ministre des Transports.

Le nouveau pilote en chef de «l’Etoile du Cameroun», est un proche de Ferdinand Ngoh Ngoh, ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République (SG/PR). Dans son numéro en kiosque ce 28 mai, le quotidien Mutations indique que cet administrateur civil principal, diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) et de l’ENA de Paris, a travaillé au secrétariat général du ministère des Relations Extérieures du temps où M. Ngoh Ngoh était encore secrétaire général de ce ministère.

Les deux hommes vont poursuivre leur collaboration au Palais d’Etoudi. En effet, avant sa nomination comme DG de CAMAIR-CO, l’homme de 47 ans était chargé de mission à la Présidence. Une fonction qu’il cumulait avec celle de PCA de la compagnie nationale de transport aérien. Des sources non officielles croient savoir que sa nomination a été proposée au Chef de l’Etat par le SG/PR.

Membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés (CDC et SONATREL) par le passé, le nouveau promu n’a cependant pas le temps de sabrer le champagne. Il doit immédiatement se mettre au travail pour sortir CAMAIR-CO de la zone de turbulences qu’elle traverse depuis son vol inaugural en 2011. Il devra notamment piloter la mise en œuvre du plan de restructuration de la compagnie, asphyxiée par une dette estimée à 35 milliards de FCFA. Ledit plan, proposé par l’américain Boeing Consulting, est évalué à 45 milliards de FCFA.

Il prévoit notamment, rappelle Mutations, l’apurement de la dette, le redimensionnement du réseau à près de 23 destinations, la modernisation de la flotte avec le passage à 12 des aéronefs et la mise sur pied d’un plateau technique pour la maintenance des avions.

Des défis que le septième directeur général de CAMAIR-CO depuis sa création en 2006, devra relever. Lui qui avait des divergences d’opinions avec son prédéc

Source : Camerounweb.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page